< Retour à toute l'actualité

Le pilote reste au centre des décisions

Publié le 27 février 2012 par seagitalawards

Les avancées technologiques, qui révolutionnent le métier de Pilote, ne remplaceront pas l’interprétation humaine.

Pilote depuis 20 ans, j’ai assisté au développement des technologies qui ont révolutionné notre métier, tel que le GPS sans lequel le pilotage s’effectuait à vue, comme pour nos aînés. J’ai toujours cherché la meilleure façon d’intégrer les innovations dans notre mission. Aujourd’hui, l’utilisation du GPS m’apporte déjà les informations nécessaires (vitesse, écart de route …) mais j’accueille très favorablement la dynamique de l’e-navigation: quand la technologie existe, on se doit de l’utiliser, non pas au détriment des moyens classiques mais en renfort de nos perceptions cognitives. Le pilote reste en effet au centre de la décision car c’est à lui que revient d’analyser et de hiérarchiser les données qui lui sont communiquées par le navire, les instruments ou la base terrestre.

Cette capacité d’assimilation est primordiale et il serait dangereux de ne se fier qu’à des analyses issues de systèmes qui peuvent toujours connaître des défauts de fonctionnement voire de réglage. Ces prochaines années, on peut imaginer une démocratisation des technologies embarquées pour les plus gros navires, remplaçant le Portable Pilot Unit (PPU) que le pilote transporte aujourd’hui avec lui. Il est aussi possible que ces PPU ou les smartphones reçoivent un ensemble de données, comme celles émises par les acteurs terrestres. Tout système d’anticipation doit aider le pilote qui reste par ailleurs maître de son interprétation.

Christophe Colaris, Pilote, Station de Pilotage Le Havre-Fécamp

< Retour à toute l'actualité